Construire passif : luxe et écologie au sommet avec La Datcha

Photos : (c) La Datcha / Val Thorens

Le saviez-vous ? Le plus haut bâtiment passif d’Europe se situe dans les 3 Vallées, perché à 2300 mètres. La Datcha est une maison d’hôtes de luxe certifiée PASSIVHAUS. Très bien isolée, elle consomme peu d’énergie et la qualité de son air est excellente pour la santé. Découvrez comment construire dans le plus grand respect de l’environnement.

Texte : Patricia Parquet

 

Une maison passive est comparable à une maison qui enfile un bon pull et un coupe-vent pour se protéger du froid et du vent. On lui ajoute une ventilation double flux pour continuer à bien respirer.

Elle n’a ni froid aux yeux, ni peur de l’altitude ! La preuve avec la maison d’hôtes de luxe La Datcha à 2300 m d’altitude à Val Thorens, réalisée par le cabinet d’architecture chambérien Studio Arch, avec l’aide du bureau d’études EnercoBat.

À quoi ressemble ce bâtiment ? À un gros chalet orienté plein sud pour favoriser les apports solaires. Il possède une ossature et une toiture en béton imposées par son implantation (risques d’avalanches) et une isolation extérieure renforcée.

La priorité est d’éviter les ponts thermiques et d’avoir une excellente isolation. Les fenêtres en triple vitrage ne laissent pas le froid extérieur pénétrer à l’intérieur. L’épaisseur des isolants est doublée par rapport à la réglementation actuelle (RT 2012).

datcha maison passive dans les 3 vallées

 

Faible besoin de chauffage

Le luxe, le confort et l’écologie sont compatibles ! La Datcha possède un espace bien-être avec piscine, sauna, Jacuzzi et hammam. Pour maintenir à bonne température la piscine et les espaces détente, deux ballons d’eau chaude de 2 000 et 3 000 litres stockent la chaleur. Le bâtiment est chauffé à l’aide d’une chaudière automatique bois à granulés. Pour garder les 1 244 m² à une température minimale de 20 °C, seulement 12 kWh/m²/an sont nécessaires. Ce qui est très peu.

Construire passif consiste à réduire drastiquement les consommations énergétiques. Une maison passive consomme 90 % de chauffage en moins par rapport à une maison existante. Pour atteindre cette performance, il faut compter sur les apports de chaleur naturels et gratuits du soleil et sur la chaleur dégagée par les activités des occupants. La chaleur ne s’échappe pas grâce à une isolation renforcée et une excellente étanchéité à l’air. L’air entrant est préchauffé grâce à une ventilation double flux à échangeur thermique.

 

Le passif, est-ce l’avenir ?

« Oui, même si en France il existe encore de nombreux freins contrairement au Vorarlberg en Autriche où c’est une obligation. Cela mettra plus de temps. L’énergie la moins chère est celle que l’on ne consomme pas.

On aura toujours intérêt à isoler le plus possible car l’isolant coûte beaucoup moins cher que l’énergie. Il y a d’autres enjeux qui interfèrent à court terme, mais je n’ai pas de doute sur le long terme », explique Sylvain Chatz, dirigeant du bureau d’études EnercoBat, concepteur passif de La Datcha. »

 

CONSTRUIRE PASSIF , LES AVANTAGES

  • En diminuant de manière drastique la facture de chauffage, une maison passive permet de réaliser d’importantes économies financières. Les propriétaires peuvent compter sur un retour sur investissement à moyen terme.
  • Le niveau de confort est supérieur à celui d’une maison classique. Il s’agit d’un confort avant tout thermique (grâce à une température homogène, sensation agréable de chaleur), mais également acoustique (silence) et hygiénique, c’est-à-dire une meilleure qualité de l’air intérieur.
  • C’est un moyen d’augmenter la valeur environnementale et patrimoniale de son bien.
  • C’est aussi le moyen d’anticiper les réglementations thermiques à venir et d’éviter d’engager à nouveau des actions et des frais de mise aux normes.

 

UNE MAISON PRESQUE SANS CHAUFFAGE 

On parle souvent d’une maison passive comme d’une maison sans chauffage. Inutile de chercher les radiateurs, ils n’existent pas. Pourtant, il ne fait pas froid. Pour qu’une maison soit passive, elle doit remplir quatre critères de performance :

  • Un besoin en chauffage de 15 kWh/m2/an.
  • Un besoin en énergie primaire de 120 kWh/m2/an pour tous les usages de la maison y compris l’électroménager.
  • Une excellente étanchéité à l’air.
  • La température intérieure ne doit pas dépasser 25 °C, plus de 10 % du temps de l’année, c’est-à-dire pas plus de 36 jours.

Le but est de garantir la performance, mais aussi le confort de la maison pour éviter la surchauffe. La maison doit être agréable à vivre hiver comme été. La chaleur est conservée grâce aux parois et récupérée au moyen d’une ventilation double flux à échangeur thermique.

 

POUR ALLER PLUS LOIN

L’avis de l’expert

Sylvain Chatz, dirigeant du bureau d’études EnercoBat, concepteur passif de La Datcha et membre du conseil d’administration de l’Association Maison Passive.

Pourquoi existe-t-il si peu de maisons passives en général et en montagne en particulier ?

Le passif est encore peu connu en France alors qu’il existe depuis plus de 25 ans en Allemagne. Pour s’y intéresser, il faut déjà être sensible à l’écologie.

Peut-on construire n’importe quel bâtiment et maison en habitat passif ?

Oui aussi bien des chalets, des maisons, des hôtels, des bureaux, des entreprises que des bâtiments publics.

Peut-on avoir des aides si on construit une maison passive ?

Vous n’aurez droit à aucune subvention, mais vous pouvez percevoir des aides ponctuelles en lien avec les certificats d’économie d’énergie dès lors que vous installez une VMC double flux.

Le prix plus élevé du passif représente-t-il un frein important ?

Le principal frein, c’est l’argent, mais moins en montagne où les moyens investis sont souvent importants. Il existe une vraie rentabilité sur le long terme à construire passif. Un bâtiment de taille moyenne est amorti entre 10 et 15 ans.

Le passif représente un surcoût de combien ?

En moyenne, il est proche de 8 %. Pour La Datcha, il s’élève à 6,25 %. Il ne faut pas raisonner en surcoût, c’est une mauvaise approche. Il est préférable de dire : « J’ai un budget de 500 000 €, je veux réaliser un chalet passif. » Ce ne sera pas le même qu’un chalet classique. C’est faire le choix d’un standard qualité.

Le bois est-il le matériau idéal pour construire passif ?

Oui, le bois a des atouts considérables. Il est douze fois plus isolant que le béton. 90 % des maisons passives sont en ossature bois.

La Maison Passive est l’association française de promotion du standard international « Bâtiment Passif » (Passivhaus). Fondée en 2007, son rôle consiste à informer sur ce mode de construction – particuliers, entreprises et professionnels intéressés par ce standard –, à former les professionnels et à mettre en réseau les maîtres d’oeuvres et maîtres d’ouvrage. Elle délivre le label « Bâtiment Passif ». Elle rassemble 500 membres actifs.